"Ceux qui errent ne sont pas toujours perdus." Tolkien

Dans l’assiette (2)

Presque 6 mois déjà que j’ai ouvert cette rubrique avec un article introduisant mon projet d’améliorer notre alimentation, notamment en réduisant ma consommation de sucre et en espérant inciter ainsi mes filles à prendre conscience de la leur (même si elle n’est pas aussi importante que la mienne, fort heureusement). Je m’étais donné le mois de juillet pour mettre en oeuvre la première phase de ce changement. Il est temps d’en faire un bilan et de fixer un nouvel objectif !

Comme prévu, je me suis pas mal documentée : j’ai commencé par en parler avec mon médecin qui m’a expliqué le fonctionnement du cerveau quand on consomme du sucre et qui m’a commenté mes analyses de sang puis j’ai emprunté des livres sur le sujet à la bibliothèque et j’ai fini par en acheter un afin de l’avoir toujours sous la main et de pouvoir l’annoter. Dans une deuxième phase, j’ai lu des témoignages sur le net de personnes ayant fait le même chemin et je dois dire avoir été surprise de constater que, même si tous témoignent de moments difficiles, dans l’ensemble le sevrage a été rapide et assez efficace. Alors certes, on peut supposer que ceux qui ont échoué n’ont pas jugé bon de témoigner (alors que ce serait pourtant fort intéressant !), certes ceux que j’ai lus soit vivent seuls soit ont fait ce parcours avec leur conjoint. Je n’ai pas lu, je crois, de personne en couple ou avec des enfants qui tentait d’arrêter sa consommation de sucre. Cela peut sembler anodin mais je pense que le mode de vie et l’entourage sont des données essentielles car elles influent forcément, fatalement même, sur la réussite ou non de ce projet.

Dans mon cas, être maman solo est à la fois un avantage et un inconvénient pour mener à bien ce projet. C’est un avantage car moi seule fais les courses, je choisis tout ce qui entre dans mon frigo / mes placards de cuisine, je gère également ce budget comme je l’entends. C’est un inconvénient car dans « maman solo » il y a surtout « maman » et les enfants n’ont pas à subir les choix alimentaires de leurs parents ! Il a donc été impossible de ne plus acheter de produits contenant du sucre raffiné, il a aussi bien sûr été impossible de refuser du jour au lendemain à mes filles de préparer des gâteaux et des desserts avec elles. Or il est bien compliqué, pour moi en tout cas, de ne plus manger ni bonbons ni gâteaux ni chocolat lorsqu’il y en a dans les placards. C’est bien pour cela que je sais que le chemin sera long et que j’avancerai à mon rythme. C’est pour cela aussi que je découpe mon projet en objectifs ciblant des moments-clés de ma journée.

Comme prévu, j’ai commencé par changer mes petits déjeuners. En semaine et hors périodes de vacances, c’est très facile car je me lève une bonne heure avant mes filles et je déjeune seule, dans le calme. Le week end et pendant les vacances, nous prenons le temps de déjeuner ensemble et souvent ce premier moment de la journée ensemble s’étire, bien agréablement d’ailleurs, mais cela incite à manger davantage. Je ne petit déjeune donc pas la même chose, selon que je suis seule ou avec mes filles.

Après pas mal de tâtonnements, j’ai fini par trouver deux petits déjeuners qui me vont bien quand je suis seule. Selon les jours, je prends donc

du thé (sans sucre ni lait)

du fromage blanc avec une banane, parfois avec un peu de cannelle

ou

du thé (toujours sans sucre ni lait)

du pain de seigle avec du beurre et de la purée de pommes (le plus souvent faite maison)

On peut considérer que mon objectif est atteint dans la mesure où quand je prends ce petit déjeuner-là, il me convient parfaitement, je ne me force pas et j’y trouve du plaisir. J’aimerais encore trouver un muesli non sucré ou des céréales qui me conviennent et qui pourraient aussi plaire à mes filles pour améliorer aussi mes / nos petits déj pris ensemble.

glass-617387_1280 J’avais également pour but de ne plus grignoter de produits sucrés le soir et là j’ai bien plus de mal à m’y résoudre. En fait, j’ai tout le temps faim le soir, et ce malgré des dîners copieux. Je crois qu’outre la mauvaise habitude que j’ai de grignoter le soir, le fait que je me couche très tard (jamais avant minuit) rend mes soirées longues, ce qui est bien agréable car c’est un temps entièrement pour moi mais a l’effet pervers de me donner largement le temps de grignoter encore et encore. J’ai tout de même progressé puisque j’ai remplacé les petits gâteaux et les tablettes de chocolat aux raisins / aux amandes, etc, par du chocolat noir à 85% de cacao qui ne contient « que » 15% de sucre pour 100 grammes ce qui n’est pas trop mal pour un chocolat en tablette, d’autant que j’en mange moins car il est plus fort en goût.

Mon nouvel objectif est multiple :

1. améliorer les petits déjeuners pris en famille

2. continuer à améliorer ma « consommation du soir » en trouvant ce qui pourrait remplacer le chocolat, même noir à 85%

3. trouver une solution pour les pauses au travail : en effet, avec quelques collègues nous aimons prendre nos pauses ensemble, l’un d’entre nous prépare le café et chacun notre tour nous apportons de quoi grignoter. Si le plus souvent (mais pas encore systématiquement car j’ai souvent faim ) j’arrive à ne pas grignoter, je ne sais pas boire le café sans sucre d’autant que je vis dans une région où « on » l’aime bien fort …

4. remplacer systématiquement le sucre raffiné par du sucre complet ou du miel dans les desserts que je prépare avec mes filles

21 décembre, 2015 à 0 h 16 min | Commentaires (0) | Permalien


Le temps qui glisse entre les doigts

hourglass-620397_1280

Et voilà, le temps a filé, j’ai laissé ce blog à la fin de l’été, je le retrouve et c’est presque l’hiver … L’automne est pourtant ma saison préférée et j’aurais eu des tas de choses à écrire ici, pour en garder une trace : beaucoup de petits riens comme ces heures que je réussis enfin à passer en tête à tête avec mes filles, l’une après l’autre ; des anniversaires puisque nous sommes toutes les trois des filles de l’automne ; des moments doux à quatre où tout coule tout seul, des moments de doutes aussi, souvent juste après les moments doux  parce que, quand même, j’aime ma solitude et que je ne veux pas y renoncer ; une petite virée au pied levé et une nouvelle ville à découvrir, des promenades à la nuit tombée au bord de la mer et la joie de se sentir vivre pleinement et de reprendre le quotidien avec de nouvelles images plein la tête qui m’accompagnent longtemps ; des petites mains qui bidouillent le soir après l’école et les devoirs car je me suis remise au tricot

wool-480550_1280

pendant que me grande s’essaye à la couture et que ma petiote continue à se fabriquer tout un univers avec à peu près tout ce qui lui tombe sous la main ; des heures froides aussi, chagrin immuable, parce qu’il a bien fallu le franchir ce fichu cap des « un an » après l’inconcevable ; des couleurs de l’automne dont je ne me lasse pas et dont je me remplis ; de grandes discussions avec ma grande fille qui devient vraiment grande et commence à s’interroger sur tout, en particulier sur notre responsabilité d’humain envers les animaux et la planète, et qui me donne la petite impulsion qui me manquait, sans doute, pour transformer mes convictions en actions (ce que je développerai dans un prochain billet) …

Des émotions donc, de la vie qui passe, du temps qui file … et l’envie, toujours, de garder une petite trace, quelque part, de tous ces petits riens et pourquoi pas ici.

14 décembre, 2015 à 22 h 58 min | Commentaires (0) | Permalien


Les p’tits plaisirs du jour # 1

Dans notre nouvelle vie, nous cultivons les « p’tits plaisirs » qui éclairent le quotidien et, souvent, au moment du coucher, je demande aux enfants de me raconter celui du jour. Ce week end, ma grande, qui adore lire, a retenu notre bonne pioche d’hier chez Emmaüs où nous avons acheté plusieurs livres pour 5 euros

DSCI0001 (1024x768)

la petite s’est couchée en pensant à son bricolage du jour : une jolie maison avec balançoire et boîte aux lettres qu’elle a faite en bristol et dans laquelle elle loge des petits personnages ventouses !

DSCI0011 (714x1024)

Pour moi, mon p’tit plaisir d’hier a été la marche de près d’une heure que j’ai pu faire, seule. Ca me fait un bien fou !

6 septembre, 2015 à 22 h 08 min | Commentaires (0) | Permalien


Mon bentô végétarien # 1

Pour demain mardi, jour de rentrée des classes, rien de tel que mon bentô d’écolière !

DSCI0001 (3) (1024x768)

part de quiche carottes, poivron jaune et cumin

sucrine et tomates cerises du jardin

sandwiches de coleslaw et menthe du jardin

méli-mélo de pommes, cantal et amandes

31 août, 2015 à 22 h 04 min | Commentaires (0) | Permalien


Reprendre en douceur

Et voilà, les vacances sont passées et je vais reprendre le travail demain, sans aucun stress cette année, pas même une réelle « pas envie d’y aller ». Ma seule éternelle inquiétude est de finir par réussir à cadrer mon sommeil au « temps social » car mon rythme naturel me pousse à dormir environ de 2h à 9h du matin ce qui, évidemment, ne convient pas aux horaires de travail classiques. Pour le reste, je dois dire que je suis assez contente de sentir que j’ai progressé dans mon organisation et dans ma manière de vivre et de ressentir les choses, je suis d’ailleurs prête à parier que l’un ne va pas sans l’autre. Voici 5 petites astuces qui me permettent d’envisager cette rentrée avec sérénité :

1. Prolonger le bénéfice des vacances

Au lieu de me répéter que les vacances sont finies, que c’était trop bien et que je ne veux pas retrouver la banalité du quotidien, je prends un peu de temps chaque jour pour, seule, me replonger véritablement dans l’atmosphère des meilleurs moments de ces vacances. Cet été, de ces presque deux mois, ce sont trois petites journées qui nous ont marquées mes enfants et moi, trois petites journées passées dans une roulotte. Chaque jour depuis notre retour, je prends le temps d’entrer en moi-même et nous visualiser dans cette roulotte, j’y entre en pensée comme si je la re-découvrais en regardant chaque recoin, en visualisant chaque objet, puis je nous vois assises dehors à écouter le vent dans les arbres, à re-vivre les jolis moments passés là-bas. Je n’y consacre pas beaucoup de temps chaque jour mais cette pause-souvenir me ressource pleinement et au lieu de regretter de ne plus y être, je m’y sens toujours, comme si un peu de la roulotte était encore en moi.

2. Se souvenir que c’est toujours l’été et continuer à en profiter

Il reste encore trois bonnes semaines d’été, il faut en profiter ! En profiter pour sortir dès que le soleil est doux sur la peau. En profiter pour faire des activités propres à cette saison comme prendre le goûter dans le jardin / au square voisin, ce qui ici est prévu pour fêter le premier jour d’école mardi. En profiter pour lire un bon bouquin ou feuilleter un magazine. En profiter pour prendre le temps de faire des activités créatives, que ce soit improviser une tarte aux fruits de saison ou peindre des galets (ou des cailloux ramassés au parc ou sur le chemin de l’école)

DSCI0012 (1024x768)

Même lorsque l’emploi du temps est chargé entre le travail, les enfants, les diverses obligations et la tenue de la maison, on peut essayer de prendre 15 minutes chaque jour pour s’offrir l’une de ces pauses de fin d’été.

3. Anticiper pour moins courir

A force, on sait quelles seront nos obligations à la rentrée et en anticiper certaines, c’est autant de temps de gagné ! Ici par exemple, nous avons pris le temps la semaine dernière pour faire des photos d’identité pour toute la famille, pour aller voir notre médecin afin qu’il nous délivre les sacro-saints certificats médicaux pour les activités sportives, et j’ai fait le tour des activités des enfants pour me procurer les formulaires de ré-inscriptions qui sont tout prêts à être déposés.

De la même façon, au cours du dîner vendredi soir, on a choisi avec les enfants ce qu’on aurait envie de manger la semaine prochaine, j’ai ainsi pu prévoir les menus. Afin de garder de la souplesse, je note chaque idée de menu sur un mini post-it que je place sur un semainier : l’avantage du post-it est qu’il devient facile de modifier ce qui est prévu, par ex entre un plat long à cuisiner et  un autre plus rapide, pour cause de retard imprévu le soir ou de grosse flemme. Autre avantage, le post-it peut être ré-utilisé et ainsi au bout de quelques semaines on a une belle base de données de menus tout prêts en cas de panne d’idée.

4. Se réjouir, quand même !

A moins d’avoir le travail le plus pénible au monde et d’être haï par tous ses collègues, on a bien tout de même quelques petits plaisirs à aller travailler, non ? Pour ma part, mon tout premier plaisir sera … de pouvoir enfin écouter, oui oui, é-cou-ter la radio, seule, tranquille, dans la voiture, une fois que les enfants seront déposées à l’école et que je serai enfin seule sans personne qui me parle pile au moment où j’avais envie d’entendre ce qui se disait ! Plus sérieusement, retrouver des collègues avec qui on a des affinités voire de beaux fous-rires, remplir des missions qu’on aime sont de bonnes raisons de se réjouir de retrouver une vie sociale et professionnelle … non ?

5. Qui dit rentrée, dit nouveautés 

Nouvelles tenues, chaussures d’automne, nouvel agenda quand on fonctionne en année scolaire sont autant de petites choses qui me réjouissent et me font définitivement aimer la rentrée ! Même si je n’en ai pas forcément un réel besoin, je n’envisage pas de reprise sans un nouveau petit carnet, de nouveaux stylos, même si ceux-ci traînent parfois dans mes tiroirs depuis bien longtemps et ne sont pas complètement nouveaux. Même quand on rechigne à reprendre après les vacances, il faut bien reconnaître que toute rentrée est synonyme d’un certain renouveau qui suscite bien des bonnes résolutions et de nouvelles envies et même si cela ne tient pas toujours dans le temps, j’aime ce moment où l’on se projette vers de nouvelles choses à vivre.

30 août, 2015 à 23 h 18 min | Commentaires (0) | Permalien


Les p’tits bonheurs

Avec mes enfants, depuis que nous vivons seules toutes les trois, nous cultivons les p’tits bonheurs qui rendent jolie la bulle dans laquelle nous nous réfugions quand tout tangue autour. J’essaye de leur apprendre à voir les petits riens, à repérer les moments fugaces, à profiter des imprévus. Ce soir justement, nous sommes rentrées tard après une longue journée d’école /cantine / école / périscolaire / garderie pour les petites,  travail/ réunion pour moi alors, pas très courageuses pour cuisiner, on s’est installées par terre sur les pavés de notre petit cour avec une baguette, une plaquette de beurre, du jambon, du fromage et nous avons improvisé un pique nique en nous racontant nos journées.

Les p'tits bonheurs dans Bulle pique

Il faisait encore très chaud, le jardin sentait bon, les chats sont venus se coucher près de nous, nez au vent, on a ri, on a papoté et on était bien.

 

30 juin, 2015 à 22 h 42 min | Commentaires (0) | Permalien


Dans l’assiette (1)

Le changement du moment concerne notre alimentation. Depuis plusieurs mois déjà, je porte davantage d’attention au choix des produits que j’achète et à la composition des menus, non pas dans le but de faire un régime mais dans celui de pouvoir répondre aux questions simples que me posent mes enfants à chaque repas : Comment c’est fait ? Qu’y a-t-il dedans ? Deux questions bien simples mais auxquelles on ne sait pas toujours répondre pleinement quand on achète des plats déjà cuisinés en partie et / ou des produits dont on ignore la provenance ou le mode de culture. Je reviendrai sur ces questions-là un de ces jours car elles méritent qu’on s’y attarde.

food-583160_1280

Pour l’heure, je me concentre sur mon nouvel objectif : réduire ma consommation de sucre. En effet, cela fait des années que je me vois manger des produits sucrés sans vraiment savoir y résister, cela fait des années que me voir ainsi me déplaît et j’ai enfin décidé d’agir. Mon objectif n’est pas de supprimer complètement le sucre de mon alimentation mais d’en consommer quand je le choisis et non de manière compulsive et passive. Pour m’aider, je me suis fixé un délai (le mois de juillet) même si par principe je veux que ça reste souple. Je me prépare à relever ce défi de juillet en me documentant pour comprendre ce qu’est le sucre, comment les produits sucrés sont faits, comment mon cerveau réagit à l’absorption de sucre, etc. Je lis et relis, je prends quelques notes, je teste des petites astuces dégotées ci et là. Depuis une bonne semaine, j’essaye de changer deux habitudes alimentaires bien ancrées en moi : commencer la journée par du sucre au petit déj’ et finir la journée en engloutissant gâteaux et chocolat. La contrainte la plus délicate pour moi est de poursuivre cet objectif sans le faire subir à mes enfants ce qui suppose que je sois capable de continuer à avoir des bonbons et gâteaux dans mes placards pour eux sans en manger moi-même …

25 juin, 2015 à 23 h 46 min | Commentaires (0) | Permalien


La première page blanche

Voilà deux ans déjà que la vie s’est chargée de bouleverser mon quotidien, de perturber ce en quoi je croyais, de m’imposer des choix contre lesquels je ne peux rien. Voilà deux ans surtout que, paradoxalement,  je prends conscience du plaisir que ce peut être malgré tout de redevenir maître de soi, d’agir seule, de prendre le chemin qui me séduit le plus sans avoir à rendre de compte. Deux ans que je navigue à vue et, lentement, l’envie est née de mettre des mots sur ces changements, sur ces défis parfois, sur ces évolutions intérieures, pour garder une trace bien sûr, pour m’encourager à tenir bon aussi. Alors voilà, un nouveau blog pour de nouvelles envies, des pages blanches à l’infini pour tenter de  toujours trouver au moins une petite bulle dans un quotidien souvent trop rempli. Des pages blanches à remplir de jolies choses.

hand-302802_1280

23 juin, 2015 à 22 h 51 min | Commentaires (0) | Permalien